Alors que certains s’affirment spontanément, d’autres ont plus de difficultés, tout simplement parce qu’ils n’ont pas appris à le faire. 
Savoir s’affirmer s’apprend, et peut se développer à n’importe quel âge.
Qu’est-ce que l’affirmation de soi
C’est savoir, sans émotion excessive, exprimer clairement son opinion, ses sentiments et ses besoins, son ressenti.
C’est savoir engager la conversation naturellement, savoir demander ou refuser.  C’est reconnaître notre propre valeur et pouvoir agir face à ses besoins, à son environnement.
L’affirmation de soi impacte directement tous les domaines de la vie. L’affirmation de soi se développe donc au contact des autres. 
Lorsque qu’une personne n’arrive pas à établir des relations équilibrées, elle entretient des pensées et des ressentis de malaise intérieur.
Elle se sent insatisfaite et cela génère des sentiments négatifs, de la culpabilité, des ressentiments, des frustrations, de l’anxiété, des colères…
S’affirmer, c’est donc reconnaître qui nous sommes vraiment, connaitre nos goûts, nos capacités, nos talents, connaitre notre propre valeur, respecter nos sentiments et nos besoins.
C’est être responsable et autonome.
C’est se donner le droit de prendre soin de soi, d’exprimer ses émotions, de donner et recevoir, de faire des erreurs, de dire “non”, d’être respectable, de choisir nos actions.
C’est établir des relations positives et constructives, permettre des contacts sociaux satisfaisants et égalitaires.
A quoi reconnait-on le manque d’affirmation de soi ?
Il se traduit par un comportement inhibé, parfois agressif ou les 2 en alternance.
La répétition des comportements impliquera une dégradation des relations à autrui, une perte de qualité de vie, un sentiment d’insatisfaction et d’injustice, parfois une évolution dépressive.
Pour commencer, vous pourriez vous poser les questions suivantes :
 Dans quelles situations, est-ce que je rencontre des difficultés pour m’affirmer ?
Pour quels comportements, est-ce que j’opte dans ces situations ?
L’affirmation de soi, implique donc d’avoir une bonne connaissance de soi :
De connaitre notamment son histoire personnelle, son identité (sociale, familiale, personnelle…), ses potentiels, son image corporelle, ses différentes formes d’intelligence (intuitive, affective, physique…) ;
De reconnaître sa conscience personnelle, de faire face aux changements, d’être clair dans ses relations aux autres (présentation, communication, responsabilité personnelle, conflits etc), d’être conscient de ses croyances…